-fier


-fier

-fier Groupe suffixal, du lat. -ficare, de facere « faire », servant à former des verbes, et signifiant « rendre, transformer en » : bêtifier, statufier.

Suffixe verbal, du lat. ficare, de facere, "faire".

⇒-(I)FIER, (-FIER, -IFIER), suff.
Suff., du lat. -ificare, formateur de verbes transitifs.
A. — [La base est un subst.; le sens du verbe est « transformer en » + subst.]
1. [La base est un subst. fr.] V. codifier, dragéifier, exemplifier, momifier, mythifier, planifier, personnifier.
2. [La base est un rad. lat.] V. aurifier, caséifier, corporifier, lignifier, panifier, pétrifier, réifier, vitrifier.
Rem. 1. Sur le modèle de verbes se terminant par -éifier, on a choséifier (à côté de chosifier) et gazéifier. 2. Dans qq. cas, le suff. est -fier. V. cocufier, statufier.
B. — [La base est un adj.; le sens du verbe est « rendre » + adj.] V. densifier, fluidifier, humidifier, immensifier, intensifier, solidifier.
Rem. Dans le cas où il s'agit d'un adj. en -ique, la base est le rad. du mot. V. authentifier, lubrifier, plastifier, tonifier.
Rem. 1. Le suff. lat. -ificare a servi à former de nombreux verbes en lat. jusqu'à l'époque médiév., qui sont passés en fr., ainsi déifier, dignifier, glorifier, purifier, sacrifier, sanctifier, vivifier, etc. 2. Oppos. -ifier/-iser. Les deux suff. sont formateurs de verbes factitifs et l'oppos. est purement formelle dans corporifier/corporiser, idiotifier/idiotiser.
Vitalité et productivité. L'analyse se fait facilement sauf dans qq. verbes peut-être où la base est un rad. lat. ou dans le cas de lubrifier (où le sens orig. de l'adj. a disparu) ou de mystifier (dér. plaisant de mystère). Indépendamment des empr. au lat. (supra rem. 1), les verbes en -ifier sont apparus tout au long de l'hist. de la lang. : exemplifier (1365), pétrifier (1515 ds Pt ROB.), vitrifier (1540 ibid.), humidifier (1649 ibid.), personnifier (1674 ibid.), mystifier (1764 ibid.), acidifier (1786). Au XIXe s. on enregistre codifier et fluidifier (1831), gazéifier (1832), authentifier (1860), aurifier (1863), intensifier (1868). Les créations du XXe s. attestent la productivité du suff. dans la lang. littér. et didact. (immensifier, réifier) ou techn. (caséifier, plastifier), sans compter plusieurs créations d'aut. comme dans l'ex. suiv. : On y voit [dans un discours d'un ministre allemand], peint à larges traits, l'avenir d'une Europe nazifiée où seuls les Allemands auront droit à l'éducation, les nations esclaves, non (GREEN, Journal, 1940, p. 46).
Prononc. : [-ifje]. Bbg. DUB. Dér. 1962, p. 19, 33, 57, 110.

Suffixe (du suff. lat. -ficare, de facere « faire ») qui, ajouté à un adjectif ou à un nom, forme des verbes qui ont le sens de « faire, rendre ».
0 (…) fier est devenu véritable suffixe : amplifier, bêtifier, bonifier, codifier, momifier, barbifier.
F. Brunot, la Pensée et la Langue, p. 212.
REM. 1. Les mots terminés par un e muet ou une consonne prennent un i entre le radical et le suffixe. Ex. : personne, personnifier (mais cocu, cocufier).
2. Les dérivés savants des verbes en -fier (ex. : mystifier) prennent les terminaisons -ficateur (n. d'agents; ex. : mystificateur) et -fication (n. d'actions; ex. : mystification), sur le modèle des mots français de même terminaison issus de dérivés latins en -ficator et -ficatio formés sur les supins des verbes en -ficare ou -ficari. Ex. : gratification (de gratificatio, de gratificari).
3. -fication et -ficateur sont eux-mêmes productifs, indépendamment de -fier.

Encyclopédie Universelle. 2012.


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.